mardi 6 septembre 2016

J'ai lu Comment braquer une banque sans perdre son dentier






L’été c’est l’occasion pour beaucoup d’entre nous de réduire leur pile de livres à lire… Pas pour moi ! Je savais d’avance que je serai très sollicité par mon petit homme qui souhaiterait découvrir ou redécouvrir contes et autres légendes qui gaveraient mon appétit de lecture. De plus, l’été c’est l’occasion de s’occuper du potager : il faut planter, arroser et regarder pousser ^^. C’est aussi le moment d’engloutir un tas d’articles, blog et ouvrage sur la permaculture qui eux aussi sauraient rassasier ma curiosité et mon besoin de lire…
Pour les vacances j’ai donc jeté ma dévolue sur un livre plutôt léger. À peine arrivée à la bibliothèque je tombe sur comment braquer une banque sans perdre son dentier de Catharina Ingelman-Sundberg (traduit par Hélène Hervieu) des Éditions Pocket. Le titre me fit rire intérieurement et je m’attendais à 480 pages de drôleries pittoresques que seuls des vieillards en mal d’aventure pouvaient nous offrir !

RÉSUMÉ :

Ils sont trois femmes, deux hommes : Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, et le Râteau, chacun 80 ans au compteur. Ils chantent dans la même chorale et dépérissent dans la même maison de retraite à Stockholm. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l'arme à gauche...
Ils ne vivront pas un jour de plus dans ce mouroir. Un brin rebels et idéalistes, les cinq comparses décident de se lancer dans le grand banditisme. Avec leurs cheveux blancs et leurs déambulateurs, ils s'apprêtent à commettre le casse du siècle. Mais l'aventure s'emballe et rien ne va se passer comme prévu...

MON AVIS :

En effet ! Il y avait bien des vieux, des billets et des situations incongrues … Hélas, sur ces 480 pages il y avait aussi beaucoup de passage à vide. L'auteur a voulu traiter des problèmes de société avec humour : la vie en maison de retraite ou prison, l'influence de l'incompétence de certains sur nos vies, la place de la culture dans nos sociétés... Tout y est passé! Ces thèmes sont abordés via des situations cocas : des vieux qui pensent que la prison est mieux que la maison de retraite décide d'aller voler des œuvres d'art pour se faire emprisonner! Le pire c'est qu'ils arrivent plus facilement à voler les tableaux qu'a se faire mettre sous les verrous!

Ce livre me laisse perplexe, quand je repense aux scènes je les trouve très drôles, mais le style est lourd. L'histoire bien ficelée est mal menée par ses longueurs ... et parfois c'est quand même tiré par les cheveux! Dommage, le titre m'inspirait!

À bien y regarder c'est le quatrièmes livres "léger" qui me laisse un goût de bof! Peut-être ne suis-je pas faite pour ce genre de littérature? Ou est-ce tellement à la mode que même les auteurs les moins bons publient en pagaille? Aucune idée! Mais j'ai décidé que mes prochaines lectures seront plus académiques ou initiatiques! Au programme : J'arrête de râler en 21 jours et Voyage au bout de la nuit!

Et toi tu lis quoi en ce moment?