lundi 1 août 2016

J'ai lu JE TE NOUS AIME

Ref photo ici
Je suis inconditionnellement amoureuse du "sens de la formule"! J'aime qu'on use et abuse des figures de style témoins de la richesse de notre langue! J'écoute avec ravissement les nouvelles plumes françaises comme Aldebert qui dans La norme à La marge transforme une photo d'époque en "photo massicoté façon p'tit LU". J’irai même à comparer Renan Luce dans Je suis une feuille à Arthur Rimbaut dans le Dormeur du Val qui a coup d'allégorie et personnification décrivent deux scènes dont la finalité est la même... La mort! Et c'est en écoutant ces musiciens, en me remémorant les poèmes appris à l'école (ou là là que c'est loin) que j'ai voulu me replonger dans ce genre littéraire! 
C'est bien beau la poésie, mais mes références sont pauvres pour ne pas dire inexistantes! Rimbaut, évidemment Verlaine... Le TOP de l'anaphore : Liberté de Paul Elouard... Un peu de Musset et dernièrement Françoise Bobe avec Les comptines des chats que je lis à mon fils avec bonheur! Mais ce n'est pas avec tout ça, que je vais réussir à faire mon choix dans les rayons de ma librairie préférée! J'ai donc demandé conseil au libraire, qui m'a orienté vers JE TE NOUS AIME d'Albane Gellé en m'expliquant qu'il s'agissait d'une jeune poétesse qui avait souhaité raconter une histoire à travers un dialogue entre deux amants  sous forme de vers en haut de page et que c'était très beau et réussit... Me voilà sortant de la librairie avec mon recueil version 2015 des Éditions Cheyne éditeur, le cœur lourd de joie et d'excitation! J'allais lire de la poésie et je me délectais d'avance des allégories ou autre paradoxes que j'allais découvrir dans ces Alexandrins...

... Apparemment il ne l'avait pas lu...

L'anaphore est bien là, c'est un IL ou ELLE en début de phrase qui est placé là, de manière arbitraire, ce qui fait qu'il est retiré de sa place initiale ce qui donne des phrases bancales...
Les allégories aussi répondent à la pelle (ceci est un jeu de mots et non une faute d’orthographe ;p), parfois vraiment tiré par les cheveux rendant la compréhension douloureuse...
IL et ELLE ne sont pas seuls, en effet, ELLE a plusieurs IL : des amants et son père.  IL a des enfants avec ELLE.
L'histoire est belle, elle raconte l'Amour une femme ELLE pour des hommes IL, jusqu'à ce qu'elle trouve l'homme IL et qu' ils forme une famille NOUS...

Franchement je n'ai pas aimé ce livre. Il est désagréable à lire, les phrases ne sont pas françaises, les figures très poussées, les personnages mal emmenés... Peut-être suis-je trop familière avec la poésie populaire, mais j'ai lu des textes en Alexandrin bien plus compliqués mais tellement plus compréhensibles et agréables à lire. Ce que je recherche dans la poésie c'est justement la poésie, le rythme, la rime, les images, les jeux de mots... Je recherche cette maîtrise de la langue qui fait rentrer des idées dans des phrases normalisées, qui donne naissance à des formules inoubliables et à des rythmes effrénés...   Je n'ai rien trouvé de cela dans ce livre... Tans pis, j'irai chercher un recueil plus classique la prochaine fois!

Bonne lecture!